Second War,Guerre Moderne et Moyen-Orient

1939-2015
 
AccueilAccueil  PortailPortail  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 LA BATAILLE DE BUDAPEST

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
gustite
Général de Brigade
Général de Brigade


Nombre de messages : 851
Date d'inscription : 29/03/2009

MessageSujet: Re: LA BATAILLE DE BUDAPEST   Mer 03 Mar 2010, 12:38

C'est quand même incroyable l'acharnement des Allemands en fin de guerre!
Plus beaucoup d'hommes et pénurie de matériels!
Et malgré cela ils continuent le combat et même des offensives.....
Slts
Revenir en haut Aller en bas
Yoni Bar Ilan
Modérateur


Nombre de messages : 1823
Date d'inscription : 21/03/2009

MessageSujet: Re: LA BATAILLE DE BUDAPEST   Mer 03 Mar 2010, 15:30

gustite a écrit:
C'est quand même incroyable l'acharnement des Allemands en fin de guerre!
Plus beaucoup d'hommes et pénurie de matériels!
Et malgré cela ils continuent le combat et même des offensives.....
Slts
Mené par un fou qui croyé que... Evil or Very Mad
Revenir en haut Aller en bas
alexderome
Capitaine
Capitaine


Nombre de messages : 273
Date d'inscription : 15/03/2009
Age : 51

MessageSujet: Re: LA BATAILLE DE BUDAPEST   Sam 13 Mar 2010, 07:18

LA CHUTE DE BUDA
24 décembre 1944- 11 février 1945

Les premiers combats à Buda commencèrent le jour de Noêl 1944, lorsque les Russes s'approchèrent de l'imposant hôpital Janos à moins de 2 km du Palais Royal, stoppés par les Bataillons d'Assaut Universitaires renforcés par l'arrivée de la 8. SS Kav.Div. rameutée d'urgence de Pest.


Buda est un bastion naturel formé de collines (hegy en hongrois) : Sashegy (colline de l'Aigle) au sud, le Mont Gellert avec la Citadelle, la colline du Chateau (Varhegy) surplombant le Danube avec en face la magifique pont des Chaines (Lanchid).
Revenir en haut Aller en bas
alexderome
Capitaine
Capitaine


Nombre de messages : 273
Date d'inscription : 15/03/2009
Age : 51

MessageSujet: Re: LA BATAILLE DE BUDAPEST   Dim 14 Mar 2010, 20:19

Le Q-G du IX SS Geb.Korps est situé dans le tunnel qui traverse la colline du Chateau et qui débouche sur le Pont des Chaines.
La bataille pour Buda est aussi menée dans les sous-sols de la ville, à travers le réseau d'égouts. Ces escarmouches sont conduites par les hommes du bataillon Vannay recrutés parmi les agents municipaux (eaux, gaz, électricité, pompiers...) connaissant bien les lieux. Ils apparaissent derrière les lignes russes, opèrent des coups de mains et disparaissent.
C'est aussi comme à Stalingrad, une guerre de snipers où les Russes excellent.
La perte de l'ile Csepel, avec son aérodrome de secours et plus grave des usines d'armement de l'industriel hongrois Manfred Weiss, va poser un problème de logistique.
Les assiégés ne peuvent plus compter que sur le Vermezö, pré "sanglant" où furent exécutés en 1793 des opposants aux Habsbourg. Ils sont ravitaillés par les airs à l'aide de planeurs pilotés par des adolescents du NSFK ou par des parachutages, comme aussi à Stalingrad.

Le 28 décembre, l'hôpital Janos est pris par les Russes, poussant l'axe d'attaque vers la ligne de chemin de fer à crémaillère, vers Varosmajor, point-clef de la défense de la colline du Chateau. Varosmajor est tenu par les 450 hommes du bataillon Vannay, avec des canons PAK et un réseau de postes de mitrailleuses.

Au sud, des combats ont lieu le long de la voie ferrée contre les fusiliers marins russes de la 83e Brigade , après quelques gains de pâtés de maisons, les troupes hongroises (dont le groupe Morlin) se replient le long de la voie ferrée qui sera la ligne de front sud.
Cette ligne de front, stabilisée passe par le cimetière Farkasret, l'hôpital Janos et se termine au niveau de l'ile Marguerite.

Le 1er janvier, la 180e Div. de Fusiliers reprend l'offensive sur Varosmajor avec le soutien de T34. Défendu par le bataillon Vannay, la position submergée est reprise apres une contre-attaque en direction de la gare du chemin de fer à crémaillère. Cette position ne bogera pas avant l'attaque du 19 janvier.


Les combats de la colline de l'Aigle (Sashegy)

Cette position stratégique, haute de 266 m surplombe la colline du Chateau et la Citadelle. Sa perte constiterait pour les assiégés une catastrophe car les artilleurs russes peuvent "canarder" à tir tendu le dernier terrain de secours de Vermezö.
Les renforts hongrois sont acheminé autour de la colline avec PAK, FLAK et Hetzer. La 8.SS Kav.Div. se positionne dans le cimetierre Farkasret.
Après d'âpres combats du 12 au 19 janvier, la colline encerclée sera prise le 6 février.
Revenir en haut Aller en bas
gustite
Général de Brigade
Général de Brigade


Nombre de messages : 851
Date d'inscription : 29/03/2009

MessageSujet: Re: LA BATAILLE DE BUDAPEST   Lun 15 Mar 2010, 13:17

Toujours aussi passionnant!
L'acharnement des Allemands et de leurs alliés est tous simplement incroyable
Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
alexderome
Capitaine
Capitaine


Nombre de messages : 273
Date d'inscription : 15/03/2009
Age : 51

MessageSujet: Re: LA BATAILLE DE BUDAPEST   Lun 15 Mar 2010, 17:54

Le pire reste à venir (lors de la percée)...Au bout de 3 semaines de combats, les soviétiques ont à peine progressé au prix de lourdes pertes, immeuble par immeuble, bloc par bloc. Des coups de mains audacieux sont réalisé par les hommes du bataillon Vannay comme la destruction d'un dépôt de munitions derrière les lignes ennemies en passant par les égouts.
La pression soviétique diminue lors des opérations Konrad, Tolboukhine, on l'a vu ayant retiré des troupes pour affronter le IV SS Pz Korps. L'échec de Konrad va commencer à peser sur le moral des assiégés.

La perte de l'ile Marguerite
Défendue par des unités SS, le II Bataillon d'Assaut Universitaire et ce qu'il reste de la 12 D.I. (de réserve).
Le 22 janvier un bataillon russe d'assaut, arrivé par canots pneumatiques, débarque et le 28 janvier réussi à en prendre le contrôle totale.
Après son évacuation, la 2eme moitié du pont Marguerite resté intacte et reliant Buda, est détruite.

LA FIN DE BUDA : 20 janvier - 11 février
Le quartier de Varosmajor, qui avait subi l'attaque du 1er janvier est repris par le bataillon Vannay. C'est un point-clef, sa position ouvre l'accès à la place Szell Kalman (aujourd'hui Moszkva ter) et le Vermezö, dernier terrain d'aterissage des planeurs et point de largage des containers.

Depuis l'échec de Konrad, les assiégés ne se font plus d'illusions et Hitler refuse toute tentative d'échappée. Budapest permet de retenir les troupes soviétiques en Hongrie et les champs pétrolifères à l'ouest sont encore aux mains des Allemands.
Durant les affrontements, le général commandant le groupe d'assaut de Budapest, le général Afonyin sera blessé et remplace par le général Managorov, commandant la 53e Armée.

Le 25 janvier, c'est de nouveau le bataillon Vannay qui va subir de plein fouet l'assaut à Varosmajor, les russes sont décidés de mettre le paquet pour en finir le plus rapidement possible. L'attaque est stoppée de justesse par le Bataillon d'Assaut Universitaire qui perd 70% de ses effectifs.
Au sud de Buda, les lignes de résistance commencent à se désagréger mais l'avancée des Russes ne peut être exploitée en raison de lourdes pertes.
Revenir en haut Aller en bas
alexderome
Capitaine
Capitaine


Nombre de messages : 273
Date d'inscription : 15/03/2009
Age : 51

MessageSujet: Re: LA BATAILLE DE BUDAPEST   Lun 15 Mar 2010, 18:02

Le 26 janvier, Varosmajor est finalement aux mains des Russes, le Vermezö menacé, est défendu par les gamins de la Hitler Jungen qui ont atterri à bord des planeurs pour ravitailler les assiégés.
Le périmètre des combats s'amenuise progressivement. Une dernière contre-offensive menée par les canons d'assaut de Billnitzer, le bataillon Vannay et la 13.Pz.D. échoue faute de munitions.
Ernö Billnitzer, commandant les canons d'assauts.


Le 30 janvier, les premiers T-34 atteignent la place Szell Kalman (Moszkva ter), la colline du Chateau est maintenant directement menacée.
Pfeffer-Wildenbruch écrit dans son rapport : "la bataille du Chateau a commencé, le ravitaillement est catastrophique...Il y a un risque de famine et de maladies"
Le 1er février apparaissent les premiers cas de typhus.

Le 2 février, les lignes de défense ont encore diminués, au cours de combats au corps à corps, à coup de lance-flammes et de pertes énormes.
Les civils, piégés dans le kessel, il ne faut pas les oublier, n'ont plus d'eau, de nourriture. La visite du Nonce apostolique auprès de Pfeffer-Wildenbruch pour mettre fin à ce carnage ne sert à rien, Hitler s'obstine à tenir coûte que coûte Budapest.

Le 4 février, la colline de l'Aigle (Sashegy) est totalement encerclée et les combats se déroulent maintenant dans la gare du Sud. (Deli Pu)


Le 5, les derniers planeurs se posent au Vermezö, dont un se crashe sur un toit. Les derniers combats se déroulent au cimetière de Farkasret et à la gare du Sud (Deli Pù)
De nouveau, Pfeffer-Wildenbruch demande l'autorisation d'effectuer une percée et à nouveau, Hitler refuse.

Le 6, les troupes hongroises commencent à se rendre, la colline Sashegy est tombée. Le 7 c'est au tour de la gare du Sud.
Le 8 février a lieu le dernier parachutage de munitions.
Le 11 la Citadelle du Mont Gellert est perdue, Les troupes comment à refluer vers la colline du Château où se prépare le dernier acte de ce siège : la percée.


A suivre... (la percée, le sort des civils, la terreur des Croix-Fléchés...)
Revenir en haut Aller en bas
gustite
Général de Brigade
Général de Brigade


Nombre de messages : 851
Date d'inscription : 29/03/2009

MessageSujet: Re: LA BATAILLE DE BUDAPEST   Lun 15 Mar 2010, 18:14

Une sacré bataille!
Que d'horreur, de souffrance!
Mais ta narration est très agréable à lire!
Mes félicitations
Revenir en haut Aller en bas
Yoni Bar Ilan
Modérateur


Nombre de messages : 1823
Date d'inscription : 21/03/2009

MessageSujet: Re: LA BATAILLE DE BUDAPEST   Mar 16 Mar 2010, 23:27

gustite a écrit:
Une sacré bataille!
Que d'horreur, de souffrance!
Mais ta narration est très agréable à lire!
Mes félicitations
Pareil,j'irais jusqu'a dire qu'ont s'y croit même Surprised
Revenir en haut Aller en bas
alexderome
Capitaine
Capitaine


Nombre de messages : 273
Date d'inscription : 15/03/2009
Age : 51

MessageSujet: Re: LA BATAILLE DE BUDAPEST   Mer 17 Mar 2010, 05:40

3 mois de lectures, 6 pages, des crises de nerf, mais ça touche à sa fin et content que ça vous plaise, d'autant plus que les 2 sujets Budapest et la 2 armée hongroise sur le Don, ne sont pas traités sur d'autres forum, j'ai du innover. Bon, si un jour je peux me recycler...
Il reste la percée, là c'est une horreur, plus le sort des civils et des juifs du ghetto pourchassés par les Croix-Fléchées, sauvés par des habitants qui les cachaient et par Wallenberg, le diplomate suédois, assassiné par les sbires de Staline.
A bientôt
ALEX
Revenir en haut Aller en bas
alexderome
Capitaine
Capitaine


Nombre de messages : 273
Date d'inscription : 15/03/2009
Age : 51

MessageSujet: Re: LA BATAILLE DE BUDAPEST   Jeu 25 Mar 2010, 05:11

11 FEVRIER 1945 : LA PERCEE

La possibilité d'un retrait des assiégés avait été étudiée dans la perspective de la réussite des opérations Konrad, mais Hitler s'était obstiné à refuser toute évacuation du kessel.
Le 11 février 1945, Budapest allait-elle connaitre le même sort que Stalingrad ?

La situation désespérée, ne ligne de front limitée aux alentours de la colline du Chateau, sans possibilité de ravitaillement -l'espace du Vermezö étant perdu-,des milliers de blessés amoncelés dans des lazarets insalubres, un début d'épidémie de typhus, les hauteurs environnantes aux mains des Russes, n'offrait guère de choix à Pfeffer-Wildenbruch. Une capitulation étant hors de question, le Führer s'y opposant et le sort des SS étant connu d'avance, il ne restait plus qu'à choisir entre lutter jusqu'au dernier homme ou tenter une percée.

ETAT DE LA GARNISON

Allemands : 23900 hommes dont 9000 blessés;
Hongrois : 20000 hommes dont 2000 blessés ;
Civils : estimé entre 80000 à 100000.

LES PREPARATIFS

La sortie s'effectuera par la place Szell Kalman (Moszkva ter aujourd'hui) et la place Szena. En raison des obstacles anti-chars, des échelles sont prévues.

La percée s'effectuera en 3 vagues :

1ere vague : les restes de la 13 Pz.Div. la 8.SS Kav.Div. Florian Geyer répartis en groupes de combats de 30 hommes au sein desquels des Hongrois connaissant les lieux ;

2eme vague : ce sera au tour de la Feldherrnhalle PzGr.Div. et de la 22 SS Kav.Div avec les unités hongroises :

Enfin, en dernier, les unités du train, les blessés et les civils.

Comme ce fut toujours le cas lors du siège, l'état-major hongrois ne fut informé qu'en dernier lieu (soit-disant en raison d'une crainte de fuites...), vers 18 heures.

Malgré le secret entourant ces préparatifs, tous se doutaient qu'il y avait bien un projet dans l'air, les Russes renforçant les positions. L'unique inconnue restait cependant la date et l'heure.




A suivre...
Revenir en haut Aller en bas
gustite
Général de Brigade
Général de Brigade


Nombre de messages : 851
Date d'inscription : 29/03/2009

MessageSujet: Re: LA BATAILLE DE BUDAPEST   Jeu 25 Mar 2010, 12:44

Je souffre d'impatience
Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
alexderome
Capitaine
Capitaine


Nombre de messages : 273
Date d'inscription : 15/03/2009
Age : 51

MessageSujet: Re: LA BATAILLE DE BUDAPEST   Sam 27 Mar 2010, 00:28

LA PERCÉE - 11 FÉVRIER 1945

Le déclenchement de la percée est prévu pour 20hOO. Une foule compacte envahit les abords du Château Royal, et les soldats prévus pour la 1ere vague ne peuvent se positionner en tête. Les premiers fuyards sont décimés, par manque de combattants suffisants, et ce n'est plus qu'un troupeau apeuré, qui ne connait plus ni coordination et ni discipline, fauché par les armes lourdes soviétiques. Les corps s'empilent autour de la place Szell Kalman et la place Szena. Les survivants réussissent à franchir les obstacles, détruisant au panzerfaust les blindés russes. 3 autres vagues échouent, les combattants, à court de munitions font demi-tour, d'autres, effrayés par les pertes hésitent à s'engager au-delà.


Le général Schmidhuber commandant la 13.Pz.D. est un des premiers à tomber près de la place Szena. (il avait dit la veille que la:" percée était un jeu d'enfant et qu'après-demain, on prendra un verre ensemble")
Les Waffen SS blessés préfèrent se suicider : le Bg August Zehender, kommandeur de la 22.Freiwillige.SS Kav. Div., blessé à la jambe ainsi que le Bg Joachim Rumohr kommandeur de la 8.SS Kav.Div. mettent fin à leurs jours.
Général Schmidhuber

L'oberstleutnant Wolff (Feldherrnhalle Panzergrenadieren Div.) comprend qu'il est vain de passer par les places Szena et Szell Kalman. Un groupe de 3000 hommes perce au Vemezö, qui mérite son nom de pré sanglant, provoquant un début de panique parmi les troupes russes, permettant ainsi de progresser en direction du nord-ouest, vers les collines boisées. Ce premier jour, 16000 militaires et civils ont réussi à s'extraire du kessel.
Revenir en haut Aller en bas
alexderome
Capitaine
Capitaine


Nombre de messages : 273
Date d'inscription : 15/03/2009
Age : 51

MessageSujet: Re: LA BATAILLE DE BUDAPEST   Sam 27 Mar 2010, 00:31

Dans le fossé du diable

Pendant ce temps, l'état-major du IX SS Gebirgs Korps entreprend de s'échapper au travers d'un canal souterrain traversant Buda appelé Ördög-Arok : le fossé du diable. Le général Hindy, commandant les forces hongroises rassemble ses officiers supérieurs et propose le plan d'évasion. Le nouveau promu général Billnitzer, chef des canons d'assaut, refuse tout net de les accompagner, préférant rester au milieu de ses hommes.
A 23hOO, un kampfgruppe de 500 SS commandé par le SS Oberfuhrer Dörner ouvre la marche, pénètre dans le canal souterrain situé en face du tunnel du Château. Des fuyards rejoignent le groupe et bientôt le niveau de l'eau monte. L'armement encombrant est abandonné, ainsi que les bagages, obstruant la marche des suivants.

Certains décident de quitter ce "couloir du diable" comme l'aide de camp de Pfeffer-Wildenbruch,Usdau Lindenau qui aussitôt à l'air libre est capturé.
Pfeffer-Wildenbruch quitte également le tunnel, les Russes à l'extrémité attendent les échappés avec des lance-flammes, se cache dans une villa et est fait prisonnier. Dörner disparait à tout jamais. Tous ceux qui tentèrent l'échappée par le fossé du diable ne purent retrouver les lignes allemandes. Le général Ivan Hindy, accompagné de sa femme est capturé avec son état-major.

Ordög Arok : le fossé du diable
Revenir en haut Aller en bas
alexderome
Capitaine
Capitaine


Nombre de messages : 273
Date d'inscription : 15/03/2009
Age : 51

MessageSujet: Re: LA BATAILLE DE BUDAPEST   Sam 27 Mar 2010, 00:39

LA FUITE ET L'ARRIVÉE DANS LES LIGNES ALLEMANDES

Les groupes qui ont réussi à traverser les barrages russes par Varosmajor ou en suivant la voie ferrée à crémaillère atteignent les collines boisées au nord-ouest de Buda.
Le groupe Billnitzer, profitant du brouillard, se divise en plusieurs escouades. Billnitzer prenant un itinéraire sud est capturé aux environs de Perbàl.

Lieutenant-général Billnitzer

D'autres sont repérés par l'aviation russe qui les mitraille ou sont attendu par les chars qui les traquent. Les Allemands sont séparés des Hongrois et sont liquidés.
Pour beaucoup, affamés, en proie à des hallucinations, ils préfèrent abandonner, se cacher ou se rendre.

Au bout de 2 à 3 jours, les premiers groupes atteignent les lignes allemandes aux environs de Zsambek (pris lors de Konrad I). Seuls 700 rescapés sont recueillis. Le groupe le plus important est mené par Helmut Wolff (FHH Pz.Gr.Div.) et Wilhelm Schöning.Celui-ci, blessé à la jambe demande à être achevé mais réussi en se trainant à parcourir les deux derniers kilomètres.

Ce tableau récapitulatif permet de se rendre compte des pertes.

Garnison au 24 déc. 1944 79000 100%
Tués ou capturés à Pest 22000 28%
Tués ou capturés à Buda
au 11 fev. 1945 13000 17%

Garnison au 11 fev. 1945 44000* 56%*

Capturés au début de la
percée 22350 28%
Capturés après le 15 fev. 1000 1%
Rescapés 700 1%
Cachés dans les bois 700 1%

Total pertes de la percée 19250 24%

LA FIN DE BUDA


Il restait encore dans la colline du Château 5000 hommes environ (hongrois pour la plupart) qui n'avaient pas pu ou voulu prendre part à la percée. Les blessés étaient entassés dans des hôpitaux, sans hygiène, mourant de froid et de faim. Le 12 février, les Russes s'emparaient de ce qui restait de la festung . Le lazaret prit feu, vraisemblablement incendié par les Russes (peut-être aussi par un mégot mal éteint ?), et 2000 blessés périrent carbonisés. http://www.onlineprogramshungary.eu/museums/sziklakorhaz.pictures.html
La conférence de Yalta venait de s'achever, la prise de Budapest entérinant la mainmise de l'URSS en Europe centrale. La route de Vienne était ouverte mais Hitler s'obstinera à lancer 2 autres offensives (Frühlingspatwacher) pour garder les derniers puits de pétrole et empêcher la ruée sur Vienne.
Revenir en haut Aller en bas
gustite
Général de Brigade
Général de Brigade


Nombre de messages : 851
Date d'inscription : 29/03/2009

MessageSujet: Re: LA BATAILLE DE BUDAPEST   Lun 29 Mar 2010, 13:00

Sacrée récit Alex!
Et quelle hécatombe....une boucherie plutôt!
Sad
Revenir en haut Aller en bas
alexderome
Capitaine
Capitaine


Nombre de messages : 273
Date d'inscription : 15/03/2009
Age : 51

MessageSujet: Re: LA BATAILLE DE BUDAPEST   Mar 30 Mar 2010, 03:16


Ferenc Szalasi et les Croix-Fléchées.
Ce fut un combat à mort de tous les côtés. Les Russes envoyaient des unités disciplinaires dans des actions suicides comme franchir le Danube glacé et certains préféraient déserter chez les assiégés.
Les SS luttaient à mort, connaissant leur sort d'avance, ils ne se faisaient pas d'illusion.
Le bataillon Vannay prévenait les Russes qu'ils ne faisaient pas de prisonnier, et quand ils tombaient aux mains des Russes ils étaient immédiatement exécutés.
Les unités hongroises qui n'avaient pas beaucoup d'ardeur au combat se déchainaient lorsqu'elles affrontaient l'ennemi héréditaire roumain, de ce fait le Corps d'armée roumain fut retiré des combats de Pest.
Sans oublier le sort des civils et des juifs terrorisés par les Croix-Fléchées.

Je pense que maintenant ce siège n'a plus de secrets pour vous (7 pages, 2 mois). D'ailleurs, je vais passer à autre chose, les finlandais, peut-être.

ALEX
Revenir en haut Aller en bas
gustite
Général de Brigade
Général de Brigade


Nombre de messages : 851
Date d'inscription : 29/03/2009

MessageSujet: Re: LA BATAILLE DE BUDAPEST   Mar 30 Mar 2010, 14:52

Je te félicite encore une fois pour ton travail Alex!
Un si beau et bon post devrait être mis sur différents forum, dont les héros oubliés.....
Enfin c'est toi qui vois.....
Bonne continuation
cheers cheers cheers
Revenir en haut Aller en bas
Yoni Bar Ilan
Modérateur


Nombre de messages : 1823
Date d'inscription : 21/03/2009

MessageSujet: Re: LA BATAILLE DE BUDAPEST   Mer 31 Mar 2010, 14:43

Très bon sujet,on remarque de part et autres le fanatismes guerrier pour la possession d'un bout de territoire..
Revenir en haut Aller en bas
alexderome
Capitaine
Capitaine


Nombre de messages : 273
Date d'inscription : 15/03/2009
Age : 51

MessageSujet: Re: LA BATAILLE DE BUDAPEST   Jeu 01 Avr 2010, 03:26

Je pense qu'au niveau militaire --pour les civils il y eut pire-, ce fut une des batailles les plus acharnées du front de l'Est, avec Stalingrad. Pour les Héros Oubliés, je fais un tour de temps en temps, pour parler d'un acte héroïque un peu oublié. Exporter la Bataille de Budapest est toujours possible mais mon PC est en mode sans échec et ça prend un temps fou, mais je vais voir... Je pense aussi que de l'avoir écrit au fur et à mesure a permis de ne pas se retrouver à lire 9 pages d'un coup.
Je réfléchis sur ce que je vais mettre sur le forum de Franck d'original.
A+
ALEX
Revenir en haut Aller en bas
gustite
Général de Brigade
Général de Brigade


Nombre de messages : 851
Date d'inscription : 29/03/2009

MessageSujet: Re: LA BATAILLE DE BUDAPEST   Jeu 01 Avr 2010, 13:25

alexderome a écrit:
Je pense qu'au niveau militaire --pour les civils il y eut pire-, ce fut une des batailles les plus acharnées du front de l'Est, avec Stalingrad. Pour les Héros Oubliés, je fais un tour de temps en temps, pour parler d'un acte héroïque un peu oublié. Exporter la Bataille de Budapest est toujours possible mais mon PC est en mode sans échec et ça prend un temps fou, mais je vais voir... Je pense aussi que de l'avoir écrit au fur et à mesure a permis de ne pas se retrouver à lire 9 pages d'un coup.
Je réfléchis sur ce que je vais mettre sur le forum de Franck d'original.
A+
ALEX
ok prends ton temps!
au plaisir de te relire
slts
Revenir en haut Aller en bas
Yoni Bar Ilan
Modérateur


Nombre de messages : 1823
Date d'inscription : 21/03/2009

MessageSujet: Re: LA BATAILLE DE BUDAPEST   Jeu 01 Avr 2010, 14:29

N'êmpeche un bohneur que d'avoir apprit sur cette bataille Smile
Revenir en haut Aller en bas
alexderome
Capitaine
Capitaine


Nombre de messages : 273
Date d'inscription : 15/03/2009
Age : 51

MessageSujet: Re: LA BATAILLE DE BUDAPEST   Mer 26 Mai 2010, 21:37

Axe et Alliés n°20 a fait un sujet sur le siège de BP, il y a quelques inexactitudes (nombre de rescapés 700 et pas 7000..)
ALEX
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LA BATAILLE DE BUDAPEST   Aujourd'hui à 18:47

Revenir en haut Aller en bas
 
LA BATAILLE DE BUDAPEST
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» Bataille de Budapest 1944-45 - Maria Theresia
» Bataille de Budapest - 1944-45
» Artillerie durant la bataille des Ardennes (1944)
» [hf] bataille des canonnières - je suis sur un bateau
» Bataille à la Couronne de Glace [Récit à compléter]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Second War,Guerre Moderne et Moyen-Orient :: Les théâtres d'opérations :: La guerre en Europe-
Sauter vers: